Corongbandeau.jpg

Barrois

1889, un été avec1 Charles Barrois, promenade géologique en presqu’île de Crozon (Finistère)

Proposition à l’initiative de Jessie Cuvelier  (SGN – Université de Lille) à partir du carnet de terrain 30 de 1889 de Charles Barrois conservé au Muséum d’histoire naturelle de Nantes

1 Ce titre est un clin d’œil aux ouvrages littéraires récents de Sylvain Tesson  « Un été avec Homère », « Un été avec Rimbaud » 

Charles Barrois (1851 – 1939), assistant de Jules Gosselet à la faculté des sciences de Lille dès 1871, commence à publier sur la géologie armoricaine à partir de 1877. Le Service de la Carte géologique de la France lui confie les levers du Massif armoricain. Ainsi entre 1885 et 1909, il lèvera 18 cartes géologiques au 1 :80 000ème soit la totalité de la Bretagne. Depuis la fin du 18ème siècle, des géologues observaient ici et là la géologie bretonne mais Charles Barrois a réalisé en Bretagne un travail considérable qualifié de « titanesque » par Louis Chauris, autre géologue armoricain, son fervent admirateur.

En 1889, fin août-début septembre, Charles Barrois est sur le terrain en Bretagne, d’abord dans le Finistère où il visite le sud de la Presqu’île de Crozon et la région de Lanmeur, puis il voyage entre Redon et Pontivy, avant de poursuivre au nord vers Lannion et Plouaret.

Le 28 août, Charles Barrois est à Crozon, au Guern. Il y note des « poudingues pourprés du Guern » et divers niveaux de schistes et de grès qui laissent penser qu’il a  observé les pentes du Guern. Il mentionne fort justement l’existence d’un clivage oblique aux strates et le schéma qu’il en donne illustre très fidèlement les relations géométriques entre stratification et schistosité caractéristiques de ce secteur.

strat schist Guern

Stratification et schistosité au Guern

carnet1

  Schéma dans le carnet de Barrois

Sa description de « schistes gris bleu argileux, à minces lits de quartzite sombre, très plissés, en plis aigus » correspond par ailleurs, parfaitement, à l’affleurement des terrains briovériens du platier de Beg ar Gwin, à l’est du Guern.

 schist brio plis

Schistes briovériens plissés

Il est cependant très surprenant que la nature et la problématique du contact entre les formations pourprées conglomératiques et ces schistes gris bleu très déformés ne soient pas du tout évoquées par Barrois…

1 discordance

La discordance de la Formation rouge du Cap de la Chèvre (Ordovicien Inférieur) sur les schistes gris-vert du Briovérien 

2 conglomerat

Le conglomérat de la Formation du Cap de la Chèvre (Ordovicien inférieur)

Pour y aller : commune de Telgruc-sur-Mer ; à l’ouest, plage de Trez-Bihan, prendre le sentier côtier et descendre sur la plage par l’escalier, l’affleurement est au nord de la plage. Deux pupitres de la RNR évoquent la géologie des géotopes.

Barrois poursuit ses observations au sud vers la Baie de Le Caon, la grande plage au sud du bourg de Telgruc-sur-Mer. Il y décrit au nord de l’anse, des « schistes cornés avec calcite » (faciès non décrits aujourd’hui qui correspondent peut-être à des niveaux plus indurés dans les schistes du Briovérien) dans lesquels « quelques lits rappellent l’aspect de tufs comme à Paimpol » (peut-être sont-ce là les niveaux intra-formationnels à galets à de phtanite aujourd’hui reconnus dans ces schistes)  

 galet phtanite

Galets de phtanite dans les schistes briovériens

puis des « schistes zébrés » qu’il compare à ceux de Morlaix. Au sud de l’anse, il note deux  « filons interstratifiés de kersanton ». Jusqu’à la rivière d’Elléouet il observe la continuité des « schistes zébrés, plus ou moins cornés, avec niveaux grauwackeux et lits de quartzites ».

L’Anse du Caon correspond à une dépression dans les schistes briovériens qui occupent toute la cuvette du Porzay depuis Beg ar Gwin jusqu’à Douarnenez. De part et d’autre de l’anse, au nord et au sud, les pointes rocheuses montrent ces schistes armés de coulées volcaniques basiques offrant localement un débit en pillow-lavas (sud de la plage de Trez Bihan, pillow très déformés, difficiles à observer). Les « filons d’amygdaloides » que Barrois  mentionne à deux reprises sont-ils les pillows déformés ? [géotope de la RNR].

 3 carte1

Extrait de la carte géologique au 1 :50 000 ème Douarnenez, 1975 ( hors échelle)

3 carte2Extrait de la carte géologique au 1 :80000 ème, de Charles Barrois, 1891 (hors échelle)

Le 31 août, on retrouve Charles Barrois au Cap de la Chèvre. Il y dresse la coupe nord-sud de la Pointe de Lostmarc’h, où il décrit « le calcaire de Rosan gris-bleuté cimentant [des] roches à éponges vert-clair de Rosan  et calcaire bleu sombre ( ?) à cinérites noires stratifiées ».

 4 cinerite

Schéma extrait du carnet de Ch. Barrois figurant les cinérites stratifiées

5 galet

C’est en galets que la brèche volcanique est la mieux observable

Il ajoute « cette roche tuffacée à éponges, relié par ciment calcaire  […] forme tout le cap de Lostmarc’h N.O. ». Qu’a-t-il vu ? La pointe nord de Lostmarc’h est bien dans la formation volcano-sédimentaire de Rosan mais le calcaire gris-blanc cimente des pillow-lavas et pas des éponges (sic) et les cinérites décrites et schématisées correspondent à une brèche volcanique litée. Notons qu’en 1889, le débit en coussins (pillow-lava) des coulées de lave sous-marines n’était pas encore décrit, il faudra attendre plus d’un demi-siècle pour que soient réellement bien interprétées la nature et la formation de ces coulées.

 6 pillow

                          Pillow-lava de Lostmarc’h

Pour y aller  commune de Crozon ; au sud-ouest hameau de Lostmarc’h, poursuivre sur le chemin vers le littoral jusqu’à la pointe, double éperon barré. Le site, affecté au conservatoire du littoral, est situé dans la RNR

Barrois poursuit ses observations vers le Cap de la Chèvre, au sud de la presqu’île.

Il décrit des « schistes très noirs » et observe curieusement des « grès en boules ferrugineux mais peut-être sont-ils des diabases altérées ? » De tels grès sont effectivement visibles, attribués à la Formation de Rosan.

Au cap de Lesteven (aujourd’hui nommé Pointe de Kerdra) il note « de belles diabases altérées en boules ou fraîches » ainsi qu’un « tunnel dans la falaise ».

Le hameau de Rostudel retient son attention, il remarque naturellement les maisons typiques en grès armoricain dans lequel il observe des scolites.

Au sud du sémaphore du Cap de la Chèvre, Barrois note « le grès armoricain horizontal, clivé verticalement » ().

 carnet2

Copie du schéma de son carnet

Là, très certainement, le géologue (qui écrit horizontal alors qu’il dessine les bancs de grès avec leur pendage !) confond clivage et diaclases. Descendant la falaise au sud-est du sémaphore, il décrit « des schistes rouges alternant avec des schistes vert clair et lits de quartzite : c’est là, sur la côte sud et est du cap, la « Formation des Schistes rouges du Cap de la Chèvre » aujourd’hui attribuée à l’Arenig inférieur, et déjà observée au niveau de la discordance de Beg ar Gwin (voir supra). Barrois signale « des grottes remarquables dans le Grès armoricain … avec du kaolin dans les failles » ; effectivement les grottes sont nombreuses dans le grès, souvent de grande taille, elles sont l’objet de visites touristiques en bateau au départ de Morgat.

Le 1er septembre, Charles Barrois rejoint Kerdreux (hameau du cap de la Chèvre).

La Pointe de Kerdreux – au sud-ouest du hameau – montre « le grès armoricain … recouvert par les schistes noirs d’Angers … en dalles gris clair … » dans lesquelles il observe « des Calymène … des diabases forment le cap ». Il dresse une coupe détaillée de ce secteur entre Beg ar C’houbez  (la pointe nord armée de dolérite) et la pointe de Kerroux au sud en grès armoricain.

Cette journée se termine au fort de Kerarvail, à la plage de Postolonnec plus certainement où il fait la coupe, sans doute jusqu’à la Pointe du Menhir à l’est. Il observe par le détail « les schistes d’Angers » très riches en fossiles : Calymene tristani, ainsi que de « minces lits de grès à Orthis » …

Pour  y aller : la plage de Postolonnec est au sud du bourg de Crozon. La coupe est intégralement dans la RNR.

Regards distanciés de géologues sur le même territoire, remarques

Stratigraphie :

Charles Barrois, dans son carnet,  ne donne jamais de position stratigraphique pour les formations observées, en revanche, sur les cartes géologiques qu’il a réalisées on note la stratigraphie suivante : Briovérien (phyllades de Saint-Lô), Cambrien supérieur (poudingue pourpré de Beg ar Gwin et du Cap de la Chèvre), Ordovicien (Grès armoricain et schistes d’Angers), Gothlandien (schistes et quartzites de Camaret), Gédinien (schistes et quartzites de Plougastel). Aujourd’hui, nous savons que la présence du Cambrien en Bretagne reste en discussions, les formations rouges sont attribuées à l’Ordovicien inférieur ; le Gothlandien s’appelle désormais le Silurien, le Gédinien – base du Dévonien – correspond à peu près au Lochkovien. Après Barrois, les géologues bretons ont différencié des formations d’âge sensiblement identiques selon qu’elles sont décrites à l’est ou à l’ouest du Massif armoricain, ainsi les phyllades de Saint-Lô sont équivalentes de celles de Douarnenez, les schistes d’Angers de ceux de Postolonnec (Ordovicien Moyen ou Llanvirn). Les Schistes et quartzites de Camaret ont été divisés entre plusieurs formations : Grès de Kermeur, Schistes du Cosquer (Ordovicien Supérieur ou Caradoc et Ashgill), Tufs et calcaire de Rosan. Les Schistes et quartzites de Plougastel sont attribués au Silurien  terminal (Pridoli) et base du Dévonien (Lochkovien inf.).

Tectonique :

S’il note régulièrement des directions de couches et pendages, il semble ignorer la schistosité qui affecte ces formations (mais il la voit et l’interprète en « clivages »). Cette notion n’était sans doute pas connue à l’époque.

Magmatisme :

Enfin, à la fin du 19ème siècle, la notion de « pillow-lava » n’est pas connue des géologues mais on peut cependant s’étonner de l’interprétation intrigante qu’il propose de ces structures en « éponges » observées dans la Formation de Rosan » à Lostmarc’h. Les diabases décrites par Barrois sont des dolérites.

7 Crozon1

 

 

Extrait de la carte géologique au 1 :80 000 ème dressée par Barrois (1891) 

 7 Crozon2

 7 Crozon3

Carte géologique par Yves Plusquellec (2008) - Université de Bretagne occidentale

Pour  en savoir plus sur la géologie de la  presqu’île de Crozon :

Géotourisme en presqu’île de Crozon, Muriel Vidal et coll., 2019, édition SGMB

Curiosités géologiques en presqu’île de Crozon, de Yves Plusquellec et coll., 2010, édition Apogée-BRGM-SGMB

Pour aller au-delà :

Géotourisme en Finistère, Max Jonin, 2008, édition Biotope-SGMB

Ouvrages à commander à la SGMB : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Max Jonin - juin 2020

Avec la collaboration de Jean-René Darboux, de Muriel Vidal et Yves Plusquellec. Merci à Bernadette Coleno.

 

Mentions Légales | Contact | Plan du site | Rédaction

Copyright SGMB © 2013